VENABLES CAROLINGIENNE

C’est avec Pépin le Bref (ou Pépin III) que commence l’ère carolingienne. L’avènement de Charlemagne sur le trône durant quelques décennies va redonner un nouvel essor au royaume Franc. Il va reconstituer un empire politique sur les bases de l’empire romain en créant environ 300 comtés. La réforme religieuse va entraîner la fondation d’abbayes qui deviendront des foyers culturels importants. Il institue une nouvelle charge en 789 et renouvelée en 802 : les Missi Dominici (envoyés du Maître). Le plus souvent un laïc et un religieux. Ils inspectent et contrôlent la gestion, surveillent l’application des cartulaires du roi par les comtes mis en place par Charlemagne. Ces comtes rendent la justice et lèvent l’impôt. Ils ne sont pas propriétaires et sont révocables à tout moment.

 

En 843 le traité de Verdun divise l’empire de Charlemagne en trois, puis en deux royaumes donnant naissance à une Francia occidentalis. Ce traité va occasionner différentes crises politiques carolingiennes et faire face à de nouvelles invasions sporadiques de peuples hongrois, arabes et subir pendant près de deux siècles les incursions des scandinaves « Northmens ». Un système hiérarchique de fidélité vassalique entre le roi et ses agents se met en place en échange de terres et de charges jusqu’au milieu du IXème siècle. De ce fait pour se protéger la haute aristocratie du royaume va être appelée à diriger de grands ensembles territoriaux par la création de principautés auxquelles s’attachent des commandements octroyés par le roi. De puissantes familles vont ainsi parvenir à se constituer des honors qui serviront leurs propres intérêts, c’est la base de la société féodale qui se met en place.

 

Le pagus Madriacensis est articulé entre la vallée de la Seine et celle de l’Eure. Les premiers comtes de Madrie (Comes Madriacensis) ont laissé peu de trace de leur passage sur le pays de Madrie. Ces comtes sont nommés par le roi et en charge de la gestion d’un espace territorial mal défini et sous le contrôle des Missi Dominici. Le premier cité fut Witram comte du Vexin, un des fidèles de Charles Martel Il administre dans un premier temps la région du Vexin, au nord de la Seine, entre l’Oise et l’Andelle puis le Pincerais avec pour centre Poissy, au sud de la Seine le pagi Madriacensis entre la Seine, la Mauldre et l’Eure. Les textes citent tour à tour différents comtes: Romuald (Rumaldus Madriancens comes), mort en 754. Il est fait mention d’un Childebrand Ier frère Germain de Charles-Martel et fils de Pépin le Gros. Issue de la famille des Nibelungides: Nebelong 1er (750 + ap. 805). Nebelong II, paraît avoir assumé des charges sur le Pagus Madriacensis. Thibert comte de Madrie entre 802 / 822. Ces comtes ne vont pas laisser de traces historiques de leur passage sur le pays de Madrie et on les retrouve au sud de la Loire et en Bourgogne avec le titre de Missi Dominici avec des charges politiques, judiciaires ou militaires plus attrayantes et bien plus rémunératrices.

 

L’illustre Robert le Fort duc des Francs prend possession à partir de 822 du pays de Madrie. Charles le Simple crée une « marche » de l'Oise et du Vexin et du pagus Madriacensis. Il en confie le commandement à Herbert Ier de Vermandois. Celui-ci est apparenté aux Pippinides par son père et aux Nibelungides par sa mère. Le roi Charles III « le Simple » ou le nouveau roi Robert 1ier octroie toute la région de Vernon et une grande partie du pagi Madriacensis à Rollon pour le récompenser de la bonne garde du royaume. Une partie du Pagus Madriacensis est sous influence normande l’autre partie qui comprend la seigneurie de Longueville près de Saint Pierre d’Autils et la seigneurie d’Ailly reste sous l’influence de Herbert II de Vermandois fils du premier. C’est à ce moment de l’histoire de la féodalité naissante que quatre personnages apparaissent : Leutgarde de Vermandois, Hugues de Beauvais, Héloïse de Pithiviers et Roger Évêque de Beauvais qui auront un rôle sur l’ascendance de Gilbert de Venables.