LA PROTOHISTOIRE

La semi-sédentarisation va continuer durant la période où commence la protohistoire (1) avec l’’âge du cuivre (3000 à 2200 av JC). C’est une période de transition entre les industries lithiques et osseuses et celle de la période ou l’homme commence à compléter ces propres outils avec des objets en cuivre travaillé. Cette production est caractéristique de la fin du néolithique et de l'industrie métallurgique du bronze naissant. Du fait de la démographie qui s‘accélère grâce aux transformations de cette période naissent les premiers villages ouverts et l’installation de clans tribaux structurées. L’homme qui foule le territoire actuel du village durant ces périodes plus ou moins longues commence à se sédentariser.


De la période du cuivre aucun site n’est répertorié du fait des importants travaux qui ont bouleversés le terrain sur l’ensemble du méandre. D’une part la construction de la ligne de chemin de fer Paris le Havre du milieu du 19ème siècle et les travaux pour l’extraction de granulats sans qu’aucune prospection archéologique préventive ne soit mise en place. Seuls les témoignages des employés qui on eu entre leurs mains des outils taillées, des défenses et dents de mammouths excavés lors des travaux de récupération de granulats.


De la période de L’âge du bronze (2200 à 750 av JC) aujourd’hui les chercheurs et historiens ne parlent plus d’invasion mais d’une migration cumulative de peuples protoceltique. Cette civilisation resta longtemps dans l’ombre des chercheurs et historiens. On se contentera de la désigner par les urnes funéraires en terre cuite contenant des cendres et des ossement carbonisés intitulée civilisation de la culture des Champs d’Urnes.


La maîtrise de la métallurgie est à l’origine des premiers grands échanges économiques intenses et complexes basés sur une production et une distribution couvrant de vastes territoires. Si la technique voyage, l’homme en est le moteur et avec elle se propage la culture des différentes peuplades. Ces échanges vont favorisés les premières grandes migrations de populations venues d’Europe centrale au VIII et VII siècle avant notre ère. Ces populations dites celtiques (keltoi) (2).

 

Pour les auteurs grecs et « Galli » par les auteurs latins sont en fait les premiers historiens à en parler en termes de témoignages partisans. Ces auteurs de nations dites civilisées portent un jugement de barbares sur les peuples celtiques. La première migration celtique va être regroupées sous la culture de Hallstatt. Cette culture Celte marque le premier âge du fer. Elle est basée sur une aristocratie princière et guerrière sans unité politique. Au IVème et IIIème siècle avant notre ère la migration de tribus Celtiques de la période de la Tène vont de concrétiser une sédentarisation partielle de population sur le belvédère et en vallée de Seine.


Seules des fouilles archéologiques préventives sur un site marque une occupation de la Tène à proximité du fleuve et démontrent que celui-ci avec d’autres sites sur l’axe Seine vont être un couloir d’échanges économiques et culturels et sera un des éléments déterminant pour l’implantation et la sédentarisation de l’homme dans sa proximité. La civilisation celtique est essentiellement rurale, agricole et guerrière. L'occupation du sol devient plus intense mais l'habitat reste toujours dispersé ou sous forme de petits villages ouverts.

  1. Période qui traître l’histoire sur les trois âges des métaux (Cuivre, Bronze, Fer)

  2. Nom donné par les historiens et géographes grec tandis que les historiens romains vont utiliser le terme Gaulois (Galli).

  3.